Au secours, je mange mes émotions.

Chacun est différents quant à la gestion de ses émotions. Certains mangent, d’autres ne peuvent rien avaler, d’autres encore ne dorment plus, font du sport, le ménage…

La première étape est de savoir dans quel cas vous êtes. Si vous faîtes le ménage, pas de souci. Si vos émotions jouent sur votre alimentation, voici quelques conseils:

  • Si vous mangez vos émotions, il vous faudra d’abord comprendre dans quelle situation cela vous arrive. Si vous notez à chaque fois que cela arrive, vous allez très vite faire des corrélations entre telle émotion et tel comportement, et ainsi identifier rapidement les émotions “à risque”.

Depuis tout petit, les adultes calment nos émotions avec de la nourriture, c’est pourquoi il est parfois si difficile de sortir de ce schéma.
Par exemple, quand vous avez peur chez le médecin, on vous tend une sucette. Si vous êtes sage, vous avez des bonbons… C’est une des raisons pour laquelle le sucre est si rassurant.

  • Trouver un autre moyen d’alimenter vos émotions. Ecrivez, faites du sport, allez marcher, appelez un(e) ami… Votre corps s’est habitué à traiter l’émotion avec de la nourriture, c’est donc votre rôle de casser son habitude, et de lui réapprendre. Rappelez-vous, il faut 21 jours pour rompre une habitude.
  • Mangez assez. Parfois, lorsque l’on saute sur le cookie de 16h par ennui, c’est aussi parce que l’on a pas assez mangé au déjeuner, et que du coup, le corps a encore de la place pour des snacks gras et sucrés.

Si vous savez que vous risquez d’avoir faim, de vous ennuyer, ou d’être stressé, prévoyez toujours un snack sain pour d’une part rebooster votre métabolisme, et d’autre part, faire le bon choix quand viendra le moment de sauter sur tout ce qui bouge. Si vous n’êtes pas épanoui dans votre assiette, c’est aussi ce qui peut jouer en votre défaveur au moment de craquer.

  • Demandez-vous si vous avez vraiment faim. Comment savoir si vous avez faim ? Ce sont des astuces que j’ai mise en place personnellement, qui ne marcheront peut-être pas pour tout le monde mais cela vaut le coup d’essayer.
  1. Buvez un grand verre d’eau, et poser vous la question de si la faim persiste.
  2. Demandez-vous si vous mangeriez quelque chose que vous détestez (dans mon cas, du fromage). Vous serez surpris de voir que généralement la question est non. Si vous aviez VRAIMENT faim, vous mangeriez même la pire des choses 😉
  • Soignez la cause. Parfois, si vous mangez vos émotions, c’est peut-être que vous comblez un vide, plus profond qu’un simple ennui ou stresse. Peut-être qu’il vaut la peine d’aller consulter pour essayer de comprendre, et d’apprendre davantage sur vous. L’introspection vous donnera mille réponses à des questions enfouies depuis longtemps.

Contrairement à ce que l’on pouvait penser avant, consulter un psychologue n’a rien de péjoratif. C’est so 2000 de penser ainsi. Dans cette ère où le bien-être mental et physique devient primordial, quoi de plus normal que d’aller consulter, ou de faire de l’hypnose, ou de la méditation… C’est dans l’air du temps, surfez sur la vague.

 

J’espère que ces petites astuces vous aideront à vous orienter vers un mode de vie plus zen, plus raisonné.

Vous êtes un mangeur émotionnel vous ?

Xxx

L.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *