5 raisons de limiter l’alcool

Si vous êtes comme la majorité des Français, il vous arrive souvent d’être invitée pour aller boire un verre, après le boulot, ou bien pour un anniversaire. Jusque là tout va bien, mais vous-êtes vous déjà interrogée sur les méfaits de l’alcool sur votre santé ? Je veux dire, au delà du fait d’entendre chaque jour “l’abus d’alcool est dangereux pour la santé” ?

Oui parce que ce qu’essaie de vous dire votre corps par la gueule de bois et la tête qui tourne, c’est que l’alcool est un réel poison pour lui. N’oubliez pas que l’alcool reste une drogue, et qu’il a un fort pouvoir addictif. Et nous qui sommes déjà addict au sucre, avons-nous besoin d’une addiction supplémentaire ? Je ne pense pas !

Attention, je ne suis pas entrain de vous faire la morale, vous faites ce que vous voulez, et il ne s’agit pas de définitivement tirer un trait dessus, encore une fois, être excessif n’amène rien de bon. De temps en temps, pour des occasions, faites vous plaisir, mais essayez de limiter votre consommation à une fois par semaine maximum, comme un cheat meal histoire de limiter les conséquences.

Je buvais beaucoup avant, surtout étant étudiante, et avec le recul, je me rends compte que l’alcool ne m’a pas apporté grand chose dans ma vie. Certes, parfois il m’a permis de me désinhiber, mais au final, il m’a aussi apporté des kilos en trop, des textos embarrassants, des trous noirs et des gueules de bois xD

Voici ci-dessous quelques raisons pour lesquelles il vaut mieux limiter l’alcool. Certaines raisons concernent la consommation à outrance, d’autres concernent la consommation ponctuelle.

  • L’alcool déshydrate

Vous n’avez jamais remarqué qu’après une soirée arrosée, vous avez extrêmement soif ? Pourquoi croyez vous qu’on vous conseille de boire de l’eau avant d’aller dormir ? L’alcool perturbe la production de vasopressine (hormone qui régule l’activité des reins).

Quand vous êtes saouls, vos reins aussi, et ils produisent trop d’urine. Malheureusement, le peu d’eau présent dans l’alcool ne permet pas de compenser et vous voilà déshydraté. Savez-vous pourquoi vous avez mal à la tête ? Parce que parfois, le corps ne sait plus où aller chercher de l’eau car vous êtes trop déshydraté, ainsi il va chercher de l’eau… DANS LE CERVEAU. Oui messieurs dames !

Alors que faire me direz-vous ? Boire beaucoup d’eau, pendant que vous buvez de l’alcool. Mon astuce c’est de boire un verre d’eau par verre d’alcool pour éviter la catastrophe, ainsi qu’1/2 L d’eau avant de dormir et au réveil.

  • L’alcool est extrêmement calorique

Si vous n’avez pas encore lu mon article sur les bases de la nutrition, cliquez-ici.

Vous savez maintenant qu’un gramme d’alcool apporte 7kcal. Comment vous dire que pendant que vous sirotez votre cocktail de piña colada, vous avez plus de sucre qu’il n’en faut pour les 3 prochaines semaines. Jus d’ananas (rarement frais) + crème de coco + alcool, et vous frôler les 200 calories par verre. Généralement, vous ne vous arrêtez pas à un, donc la note calorique grimpe rapidement.

Ce n’est pas l’alcool qui fait grossir, c’est les calories qu’il contient, ainsi que les calories des softs qui l’accompagnent. Or, une règle physique simple explique que si vous consommez plus de calories que vous en brûler, vous prenez du poids. Autrement dit, augmentez votre activité physique considérablement si vous souhaitez limiter la casse.

  • La cirrhose vous guette

La cirrhose c’est quoi ? C’est une maladie du foie, générée par l’agression de ce dernier par des substances toxiques.

C’est irréversible et l’on observe une modification de l’architecture du foie : des fibres correspondant à une cicatrisation des cellules hépatiques désorganisent complètement les tissus hépatiques. C’est une maladie silencieuse jusqu’à ce qu’il ne soit trop tard, c’est à dire jusqu’à ce que 80% des cellules du foie soient touchées.

Et qu’est ce que vous risquez ? Plusieurs pathologies : hypertension portale (foie), mauvais fonctionnement du foie, et problèmes au pancréas.

J’aime autant vous dire que toutes ces petits choses ne sont à souhaiter à personne parce qu’il n’y a rien de plus fulgurant qu’un cancer du pancréas ou du foie. Alors réfléchissez à deux fois avant de flirter avec la cirrhose.

  • L’alcool et votre cerveau ne font pas bon ménage

L’alcool est une substance anesthésiante qui agit comme narcotique sur les cellules du cerveau, c’est à dire ralenti la communication inter-neurones. L’alcool agit sur le cortex frontal, partie du cerveau responsable des comportements en société (ça explique pas mal de choses pas vrai ? Vous savez cette fois ou vous êtes montés sur le podium du Macumba?), du raisonnement (ce texto gênant ;)), la résolution de problèmes etc.

Enfin vous devez savoir que le cerveau se développe environ jusqu’à l’âge de 23 ans, et qu’avant cet âge, il est particulièrement sensible aux substances physiques.

De plus, vous êtes davantage sujet au trou de mémoire puisqu’il joue également sur l’hyppocampe (partie du cerveau)…

En gros tous les comportements déviants que vous avez observés chez vous ou chez vos proches (votre oncle Guy bourré qui a mis une droite à Jacky au dernier réveillon, votre copine Sabrina qui est chaude comme une baraque à frite chaque fois qu’elle boit) sont clairement des conséquences immédiates de l’alcool, et une alerte de la part de votre cerveau qui vous indique qu’il est empoisonné.

  • Faites des économies

Une soir, en 2015, j’étais invitée à une soirée dans un bar où le Happy Hour était prolongé jusqu’à minuit. 5€ le cocktail, comment vous dire qu’à Paris c’est si peu fréquent qu’on en a bien profité. Je ne me rappelle pas d’avoir payé, mais je me souviens d’avoir constaté le lendemain un débit de 60 euros ! Ce fut un déclic ! Comment ai-je pu dépenser 60 euros en alcool alors que d’une part, si j’avais bu la même chose chez moi, j’en aurai eu pour maxi 20 euros, et surtout, j’ai pensé à tout ce que je pouvais faire avec 60 euros.

Encore aujourd’hui, quand je vois des amis prendre des cocktails à 17 euros (oui Paris you know), je suis bien contente avec mon thé à 3€ ! 

Depuis que j’ai arrêté de boire de l’alcool, je m’en sors beaucoup mieux avec mes petites boissons soft insignifiantes. Si vous sortez beaucoup, vous savez de quoi je parle. A chaque restaurant, un verre ou un pichet de vin et faites le compte à la fin du mois. Et je ne parle même pas des boites de nuit, samedi dernier nous souhaitions nous y rendre avec des amis, on nous a proposé une bouteille pour 5 à 500 euros. Comment vous dire que nous avons fait demi-tour illico presto ! 

Alors boire de l’alcool de temps en temps pour faire la fête, pour être euphorique et pour se marrer avec les autres pourquoi pas, mais évitez d’en consommer trop pour ne pas empoisonner votre corps.

 

Encore une fois, je ne vous donne qu’un insight de ce qui a fonctionné pour moi, ce qui m’a permis de me sentir mieux, de me sentir en phase avec moi-même et de me connecter davantage à mes émotions ! Si vous voulez continuer à boire, aucun problème, prenez seulement conscience des effets sur votre corps.

 

A la votre !

Xxx

L.S.

2 Commentaires

  1. Léa langrenay
    01/09/2018 / 9:55

    Superbe article très intéressant .
    Je commence moi même une cure d’ubiquité mois sans alcool !

    • Socaliente
      Auteur
      01/09/2018 / 10:01

      Merci d’être passée ! Bon courage pour ta cure j’espère que ça va aider !
      Bisous ! !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *