Santé mentale #2 – Harcélement au travail / Mental health #2 – Harrassment at work

Le harcèlement moral ou sexuel au travail, ça n’arrive qu’aux autres ?

Certainement pas. 1 femme sur 5 est victime, au cours de sa carrière, de harcèlement moral ou sexuel sur son lieu de travail.

Tout d’abord, petite définition, in case a dawg feels he can do whateva he wants without any punishment : il s’agit de propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits et à la dignité d’une personne, d’altérer la santé physique ou mentale de celle-ci ou de compromettre son avenir professionnel. Ces comportements sont punis de 2 ans d’emprisonnement et de 30.000 EUR d’amende.

Voilà voilà, c’est dit !

J’ai lu un article qui expliquait qu’au-delà de besoins sexuels, l’homme qui harcèle moralement ou sexuellement ses subordonnées le fait dans le seul but d’assoir son pouvoir et de générer de la peur, de la honte, d’intimider sa « proie ». Et dans la plupart des cas, ils y parviennent parce qu’ils ciblent évidemment les personnes les plus sensibles à ces sentiments. Les personnes gentilles, qui veulent toujours faire de leur mieux, qui prennent en compte l’avis des autres.

Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que les autres n’en auraient que faire, et qu’ils n’auraient de fait aucune emprise sur eux.

Voici quelques exemples de harcèlement moraux, et vous trouverez les détails sur ce site !

  1. Dénigrement et brimade : Le salarié qui fait l’objet de brimades et de dénigrements de la part d’une collaboratrice qui l’avait privé de ses responsabilités et dont la santé a été gravement altérée par ces agissements et dont l’inaptitude est la conséquence directe de ceux-ci est un salarié qui a subi des faits de harcèlement moral
  2. Critique injustifiée : Le fait pour un salarié d’avoir subi de manière répétée et dans des termes humiliants des critiques sur son activité et des reproches devant ses collègues est constitutif de harcèlement
  3. Humiliation publique : Il en va de même lorsqu’un collaborateur subit des propos blessants et humiliants (remarques déplacées sur la tenue, sur l’âge, sur le fait de discuter entre collègues ou de simplement ne pas être à son poste de travail…) proférés de manière répétée par un supérieur hiérarchique, propos corroborés par des attestations concordantes
  4. Mesure vexatoire : Est harcelé moralement le salarié qui fait l’objet de multiples mesures vexatoires (envoi de notes contenant des remarques péjoratives sur un ton péremptoire propre à discréditer, reproches sur son “incapacité professionnelle et psychologique” et sa présence “nuisible et inutile”, retrait des clés de son bureau, diminution de sa rémunération)
  5. Tâche dévalorisante : Le fait pour un employeur d’avoir procédé de façon répétée à des brimades à l’encontre d’un délégué syndical (tâches dévalorisantes ne correspondant pas à sa qualification, retenues sur salaire injustifiées…), de l’avoir discrédité auprès de ses collègues de travail et placé dans une situation financière difficile procède du harcèlement moral
  6. Agressivité : Le salarié qui subit de son supérieur hiérarchique un comportement empreint d’agressivité traduisant sa volonté de restreindre ses fonctions au sein de l’entreprise (rétrogradation…) – sans qu’aucune explication ne soit fournie et sans qu’aucun reproche ne soit adressé – est harcelé
  7. Tâche dépassant ses capacités : L’attitude réitérée du refus d’adapter le poste de travail du salarié et de lui confier de manière habituelle une tâche dépassant ses capacités et mettant en jeu sa santé suffit à caractériser un harcèlement moral.
  8. Mise au placard : Constitue un harcèlement moral, le fait pour un salarié d’être installé dans un local exigu dépourvu de chauffage et d’outils de travail, avec interdiction faite par l’employeur à ses collègues de lui parler, d’adopter un comportement autoritaire à son égard et de mettre en doute son équilibre psychologique
  9. Privation d’outils de travail : Est victime de harcèlement la salariée qui a subi des injures à caractère racial et qui, à son retour de congé de maternité retrouve ses affaires dans des cartons et n’ayant plus ni bureau, ni ordinateur, ni téléphone et dont plus personne ne lui adresse la parole à la suite de consignes hiérarchiques
  10. Avertissements infondés : Le fait pour une salariée, qui n’avait précédemment fait l’objet d’aucun reproche, d’avoir été sanctionnée par 4 avertissements dont aucun n’était fondé relève du harcèlement moral
  11. Déclassement : Il en va de même pour le salarié qui a été déclassé lors de l’entrée en vigueur d’une nouvelle classification conventionnelle des emplois et à qui il avait été adressé, dans une période de quelques mois, outre plusieurs mises en garde, 3 avertissements irréguliers
  12. Pression disciplinaire : De nombreuses convocations à des entretiens préalables dans 4 procédures disciplinaires dont 2 sont demeurées sans suite pendant une période de fragilité du salarié, des pièces médicales établissant que son inaptitude était liée à un état dépressif résultant de la dégradation de ses conditions de travail et de ses relations avec l’employeur constituent des faits de harcèlement moral

30% des femmes qui subissent un harcèlement moral ou sexuel n’en parle jamais. Soit par peur, soit pas ignorance qu’elles subissent ce type de comportement, et qu’ils sont illégaux !

Par pitié, sortez du silence.

Aucune entreprise, aucun homme, aucune raison n’est valable pour que vous vous bousilliez la santé. Je vous le répète souvent, votre mental est aussi important que votre corps, et vous devez en prendre grand soin.

Evidemment, c’est facile à dire. La peur joue beaucoup. Mais de quoi avez-vous peur au juste ?

D’être viré ?

On ne peut pas vous virer pour avoir parlé, et si c’est le cas, le fait que vous ayez témoigné sera pris en compte et l’employeur sera trainé en justice !

De ne pas évoluer ?

De toutes façons, vous n’allez pas évoluer puisqu’il vous a dans le collimateur, et que pour rien au monde il ne se priverait de l’emprise qu’il a sur vous.

De déclencher les foudres de ladite personne ?

Il n’en sera que davantage pénalisé ! Gardez votre iPhone pas loin, et enregistrez tout ce qu’il se dit.

Qu’on ne vous prenne pas au sérieux ?

Faites-vous un dossier et répertorier tout, date, heure, propos et témoins de manière à avoir de la matière à balancer le jour J.

D’être jugée ?

Personne ne vit ce que vous vivez. Personne n’a à vous juger, et comme dans le fitness, qu’importe le regard des autres. Vivent-ils dans votre tête, la nuit quand vous n’arrivez pas à fermer l’œil ? Vivent-ils dans votre estomac lorsqu’il est noué avant d’aller travailler ? Certainement pas ! Donc peu importe ce qu’ils peuvent penser, faites de vous-même une priorité.

J’ai moi-même vécu du harcèlement moral au travail.

Pour vous donner une idée, on me traitait de « useless child », de « bullshit », on m’a fait imprimé les paroles des Black Eyed Peas et surligné les passages importants car mon manager allait au concert le soir-même, on m’a fait aller acheter le journal, faire du café (FYI, j’ai un Master 2) on m’a mis la pression, on m’a menacé pour que je ne dise rien. Vous constatez donc que je peux cocher certains exemples cités ci-dessus pas vrai ?

Et devinez quoi ? Après avoir sombré 6 pieds sous terre, j’ai relevé la tête, j’ai ouvert les yeux et je me suis dit que personne n’était assez important pour pouvoir me manquer de respect. J’ai donc décidé de parler. Je suis allée voir mon N+3, et je lui ai tout balancé. J’ai même mis les RH en copie, avec des faits, des emails et des enregistrements.

Heureusement, j’ai été prise au sérieux, et cet individu s’est fait redressé les bretelles. Sauf qu’évidemment, cela ne suffisait pas, il a recommencé. Sauf que c’était la fois de trop, et il a été viré sur le champ.

Au départ, j’étais limite mal, syndrome de Stockholm quand tu nous tiens, puis je me suis mis un coup de pied aux fesses, en me rappelant que bad things happen to bad people un point c’est tout ! Il n’aurait pas été viré s’il n’avait rien fait, et le karma se retourne toujours contre les gens mauvais.

N’ayez pas peur de parler, peut-être même que certaines langues autour de vous se délieront. La communication est la clé de tous vos problèmes. Se terrer dans le silence ne fera qu’empirer votre situation.

Mon point de vue là-dessus c’est que notre société permet enfin aux femmes d’accéder à des postes similaires à ceux des hommes (je ne parle pas du top management qui est encore en grande partie masculin, plafond de verre you know), et que certains d’entre eux se sentent menacer, ou n’acceptent pas (inconsciemment). C’est pourquoi ils essaient de garder le pouvoir en intimidant, histoire de garder leur supériorité (fictive) sur nous.

Fort heureusement, il ne s’agit que d’une minorité, et de nombreux hommes sont formidables, à l’écoute, et honnêtes ! D’ailleurs, vous pouvez en parler avec l’un d’entre eux si vous vous sentez à l’aise, ils sont généralement de bons conseils.

N’hésitez pas à partager vos témoignages, c’est mieux quand on ne se sent pas seul !

Portez-vous bien!

Xxx

L.S.


 

Does moral harassment or sexual harassment at work only happen to others?

Absolutely not. 1 in 5 women is the victim of moral or sexual harassment at work in the course of their career.

First of all, a small definition, in case a dawg feels he can do whateva he wants without any punishment: it is about repeated remarks or behaviors having for object or effect a deterioration of the conditions of work likely to infringe the rights and the dignity of a person, altering the physical or mental health of that person or jeopardizing his or her professional future. These behaviors are punishable by 2 years imprisonment and a 30,000 EUR fine.

Here it is, it says!

I read an article that explained that beyond sexual needs, the man who morally or sexually harass his subordinates does so to seizing his power and generate fear, shame, to intimidate his “prey”. And in most cases, they succeed because they obviously target the people most sensitive to these feeling. Kind people, who always want to do their best, who take into account the others’ opinion.

 

Here are some examples of moral harassment, and you will find the details on this site!

  1. Denigration and bullying: The employee who is subjected to bullying and denigration by a collaborator who had deprived her of her responsibilities and whose health was severely impaired by these actions and whose incapacity is the consequence direct of these is an employee who has suffered acts of moral harassment
  2. Unjustified criticism: The fact that an employee has suffered repeatedly and in humiliating terms criticism of his activity and reproach in front of his colleagues constitutes harassment
  3. Public Humiliation: The same applies when a collaborator suffers from offensive and humiliating remarks (inappropriate remarks about the dress, the age, the fact of discussing between colleagues or simply not being at his workstation …) uttered repeatedly by a superior, corroborated by corroborated statements
  4. Vexatious measure: Is harassed morally the employee who is the subject of multiple vexatious measures (sending notes containing remarks pejorative on a peremptory tone suitable to discredit, reproaches on his “professional and psychological incapacity” and his presence “harmful and useless” , removal of keys from office, decrease in remuneration)
  5. Devaluing task: The fact that an employer has repeatedly harassed a union delegate (devaluing tasks that do not correspond to his qualification, unjustified payroll deductions, etc.) discredited to his co-workers and placed in a difficult financial situation proceeds from moral harassment
  6. Aggressiveness: The employee who suffers from his superior a behavior marked by aggressiveness translating his will to restrict his functions within the company (demotion …) – without any explanation is provided and without any reproach is addressed – is harassed
  7. A task beyond its capacity: The repeated attitude of the refusal to adapt the employee’s workstation and to entrust him with an habitual task beyond his capacity and putting his health at stake is enough to characterize a moral harassment.
  8. Closure: Constitutes a moral harassment, the fact for an employee to be installed in a cramped room deprived of heating and tools of work, with ban made by the employer to his colleagues to speak to him, to adopt a authoritarian behavior towards him and to question his psychological equilibrium
  9. Deprivation of work tools: An employee who has suffered racial abuse and who, upon returning from maternity leave, finds her belongings in boxes and no longer has a desk, a computer or a telephone, is victim of harassment. and of which no one speaks to him following hierarchical instructions
  10. Unfounded warnings: The fact that an employee, who had previously been the object of no reproach, to have been sanctioned by 4 warnings none of which was based on moral harassment
  11. Decommissioning: The same applies to the employee who was decommissioned when a new conventional classification of jobs came into force and to whom it was addressed, in a period of a few months, in addition to several warnings, 3 irregular warnings
  12. Disciplinary pressure: Many summons to prior interviews in 4 disciplinary proceedings, 2 of which remained unresolved during a period of fragility of the employee, medical documents establishing that his incapacity was linked to a depressive state resulting from the deterioration of his working conditions and his relations with the employer constitute acts of moral harassment

30% of women who experience moral or sexual harassment never mention it. Either out of fear, or not ignorance that they undergo this type of behavior, and they are illegal!

Please… TALK ! 

No business, no man, no reason is valid for you to screw up your health. I always say it, your mind is as important as your body, and you have to take good care of it.

Obviously, it’s easy to say. Fear plays a lot. But what are you afraid of?

To be fired?

You can not be fired for speaking, and if so, the fact that you have testified will be taken into account and the employer will be sued!

Not to evolve ?

In any case, you will not evolve since it has you in the sights, and that for nothing in the world he will deprive himself of the hold he has on you.

To make this guy mad ?

It will be even more penalized! Keep your iPhone close, and record everything it says.

To not being considered seriously ?

Make yourself a file and list everything, date, time, subject and witnesses so as to have material to swing the day J.

To be judged ?

Nobody lives what you live. No one has to judge you, and like in the fitness, why does the eye of the others matter? Do they live in your head at night when you can not sleep? Do they live in your stomach when tied before going to work? Certainly not ! So whatever they may think, make yourself a priority !

 

I myself have experienced workplace bullying.

To give you an idea, I was called “useless child”, “bullshit”, I had to print the lyrics of the Black Eyed Peas and highlighted the important passages because my manager went to the concert the same evening, I once had to go buy the newspaper, make coffee (FYI, I have a Master degree), I was pressured, I was threatened. So you see, I can check some examples mentionned above can’t I ?

And guess what? After sinking 6 feet under, I raised my head, opened my eyes and I told myself that no one was important enough to be disrespectful. So I decided to talk. I went to see my N + 3, and I swung it all. I even put HR in copy, with facts, emails and records.

Fortunately, I was taken seriously, and this individual was straightened his suspenders. Except obviously, that was not enough, he started again. Except that it was too much, and he was fired on the spot.

Initially, I was badly limited, Stockholm syndrome when you hold us, then I woke up, reminding myself that bad things happen to bad people at some point! He would not have been fired if he had not done anything, and karma always turns against bad people.

Do not be afraid to speak, maybe even some tongues ​​around you will loose. Communication is key to all your problems. Hiding in silence will only make your situation worse.

My point of view on this is that our society finally allows women to access position than men have (I do not speak of top management position which are still largely filled by men) , and that some of them feel threatening, or do not accept (unconsciously). That’s why they try to keep power by intimidating, just to keep their (fictional) superiority over us.

 

Fortunately, it is only a minority, and many men are great, attentive, and honest! By the way, you can talk to one of them if you feel comfortable, they give usually good advice.

Feel free to share your testimonials, it’s better when you do not feel alone!

Wear well!

xxx

L. S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.